Pour 9 français sur 10, l’accès à la radio est un droit universel

5 avril 2018

Communiqué de presse

Pour 9 français sur 10, l’accès à la radio est un droit universel

Les Français aiment la radio et l’écoutent beaucoup en mobilité comme le démontre une étude exclusive de l’IFOP réalisée pour le SIRTI*.  S’ils sont 94% à considérer que l’accès à la radio hertzienne (FM ou DAB+) est un droit universel, ils expriment également à 88% le souhait de voir l’anonymat de l’écoute de la radio garanti, dans un contexte de fragilisation de la protection des données personnelles.

 Le souhait d’une écoute gratuite, indépendante des réseaux téléphoniques et d’Internet

Ce droit universel désiré par les Français doit rester gratuit pour 93% d’entre eux et indépendant des réseaux téléphoniques et d’Internet (89%). D’ailleurs, 90% des Français estiment que les pouvoirs publics devraient s’engager sur le sujet afin de garantir un accès à la radio hertzienne dans toutes les situations, particulièrement en mobilité. 70% d’entre eux souhaitent même que des actions institutionnelles soient engagées sur le terrain de la gratuité et du libre accès au média radio dans les véhicules.

L’écoute de la radio en mobilité est très installée dans les pratiques des Français

83% des Français écoutent la radio en situation de mobilité (à 80% en voiture, seulement 13% dans les transports en commun). Ils l’écoutent massivement via leur autoradio (73% à chaque déplacement ou presque) et plus de 8 Français sur 10 seraient gênés si ce mode de réception n’était plus accessible.

Par ailleurs, 23% de l’écoute en mobilité se fait par le smartphone. Ce chiffre est appelé à croitre car les Français sont 68% à manifester un intérêt pour l’écoute de la radio via les ondes FM ou DAB+ directement sur un smartphone si celle-ci était rendue possible. À ce titre, la quasi-totalité (99%) des auditeurs ayant déjà recours à l’écoute de la radio hertzienne sur leur smartphone apprécie la bonne qualité de réception et l’absence de coupure des programmes, contrairement à une écoute via Internet, ainsi que la gratuité de cette technologie (97%).

Bien que plébiscitée, l’écoute de la radio hertzienne sur smartphone demeure une fonctionnalité méconnue

Plus de la moitié des Français ne sait pas qu’il est possible d’écouter la radio hertzienne sur smartphone. Pourtant, après leur avoir expliqué les avantages (notamment la disponibilité du réseau hertzien en cas de catastrophes climatiques ou d’attentats), 56% d’entre eux y voient des avantages certains. 77% souhaitent d’ailleurs qu’il soit obligatoire d’indiquer clairement si leurs smartphones permettent ou non d’écouter la radio via les ondes FM ou DAB+ dans les descriptifs.

Pour Alain Liberty, président du SIRTI : « cette étude démontre que les auditeurs sont attachés à la radio hertzienne et souhaitent que ce modèle continue à les accompagner dans leurs nouveaux usages des médias. Plus de 6 Français sur 10 pensent d’ailleurs que des campagnes d’information institutionnelles seraient utiles afin de présenter et valoriser l’écoute de la radio en hertzien sur smartphone. Avec les risques qui pèsent sur la protection de leurs données personnelles, les français plébiscitent l’écoute hertzienne, garante de l’anonymat. Pour assurer la maîtrise de la diffusion broadcast, indépendamment des opérateurs de télécommunications et des GAFANs, il semble indispensable que les pouvoirs publics s’emparent du sujet de l’activation des puces FM et DAB+ dans les smartphones, et plus globalement de la protection du droit à l’accès et à l’écoute de la radio, libre, anonyme et pluraliste. »

 

 

* Étude IFOP/SIRTI sur l’attachement des Français à la radio hertzienne et son écoute en mobilité