AG 2019 du SIRTI / Étude IFOP : « Médias en régions : les Français et les radios des territoires »

4 avril 2019

ÉTUDE SIRTI – IFOP « MÉDIAS EN RÉGIONS : LES FRANÇAIS ET LES RADIOS DES TERRITOIRES ».

L’actualité sociale récente démontre à quel point il peut parfois y avoir une fracture entre les médias et les Français, qu’en est-il de la radio ? Que signifie aujourd’hui être une radio dans lesterritoires ? Qu’attendent les Français de ce média ? Quelle est sa place dans leur quotidien ? Autant de questions qui ont guidé cette toute première étude sur la radio de proximité. 4 grands enseignements s’en dégagent et démontrent l’attachement des Français à un média qu’il juge différent et pluraliste.

Ayant exploré l’an dernier, avant l’accélération du déploiement du DAB+, l’écoute de la radio en mobilité, le SIRTI a souhaité, dans un contexte social complexe, mettre en avant un autre aspect de la radio : son rôle et son ancrage dans les territoires. La nouvelle étude exclusive menée par l’IFOP en mars dernier à l’initiative du SIRTI « Médias en régions : les Français et les radios des territoires » est une première pour le média radio. Cette étude prend en compte l’ensemble des radios présentes dans les territoires (associatives, publiques ou indépendantes).

Les 4 grands enseignements :

1-  La radio, un média apprécié : 79% des Français de plus de 35 ans estiment que la radio est proche de leurs préoccupations dans le traitement de l’actualité, devant la presse, la télévision et les réseaux sociaux.

Si l’écoute de la radio est une habitude très ancrée dans le quotidien des Français, l’’image qu’ils ont de l’offre de radios disponibles est globalement très bonne pour 91% d’entre eux et ce, quel que soit leur âge. Et si les Français l’apprécie, c’est parce que dans son traitement de l’actualité, 72 % des Français pensent que la radio est proche de leurs préoccupations dans le traitement de la réalité, contre 74% pour la télévision, 65% pour la presse et 43% pour les réseaux sociaux. Si on regarde par âge, chez les 35-49 ans, 79% des Français pensent que la radio est proche de leurs préoccupations dans le traitement de l’actualité, 73% pour la presse, 71% pour la télévision et 45% pour les réseaux sociaux.

2-  La radio des territoires, un média populaire écouté par plus d’un Français sur deux

Plus d’un Français sur deux (52%) écoute des radios de territoires, ces radios séduisent toutes les tranches d’âge. L’affinité est encore plus forte dans les zones géographiques les moins denses, et auprès des actifs : 58% des Français écoutent les radios de territoires dans les communes rurales. 51% des auditeurs qui écoutent souvent la radio entretiennent un lien fort avec elle, les stations locales génèrent autant d’adhésion que les stations nationales.

3-  Un média perçu comme différent : 88% des auditeurs estiment que les radios de territoiresdélivrent des informations qu’on n’entend pas sur les radios nationales

Si l’actualité est la deuxième motivation d’écoute des Français après la musique, pour eux, les informations locales sont aussi importantes que les informations nationales. Les informations locales sont d‘ailleurs déterminantes auprès des Français résidant dans les régions les moins denses (43% préfèrent les informations locales dans les communes rurales ou les territoires de moins de 20.000 habitants), et chez les auditeurs des stations de territoires (43% vs 35% pour les informations nationales).

Leurs auditeurs apprécient particulièrement les informations qu’elles délivrent : 88% des auditeurs estiment que les radios de territoires délivrent des informations qu’on n’entend pas sur les radios nationales et 87% considèrent qu’elles permettent d’être bien informé de l’actualité de sa région / de sa ville.

4- Une diversité médiatique facteur d’adhésion : préserver la diversité de l’offre de radios enFrance est indispensable pour 95% des Français

Les Français se montrent très attachés à la capacité de l’offre radiophonique à refléter la diversité qu’elle soit musicale (96% des Français), générationnelle (91%), territoriale (91%) ou d’opinion(90%).

Préserver la diversité de l’offre de radios en France est donc un impératif pour quasiment tous les Français (95%).

Pour la grande majorité des Français (78%), la disparition des radios locales / régionales n’est pas envisageable. Ils sont très largement favorables à un engagement des pouvoirs publics pour les soutenir (82%).

Pour Alain Liberty, Président du SIRTI : « La radio fait partie du quotidien des Français. Pour autant, ses enjeux sont souvent méconnus voire sous-estimés alors qu’il s’agit d’un média pluriel, constitutif de lien social. C’est ce que révèle cette étude de l’IFOP. Il est important de bien mesurer cet apport dans un contexte où les radios des territoires sont également confrontées à la concurrence des GAFA. Le développement du DAB+ est un des éléments qui va permettre aux radios des territoires de maintenir un lien avec les auditeurs, nos concitoyens. Il faut également garantir à ces radios les conditions d’une juste concurrence et un modèle économique pérenne. »